Retour accueil

Bilan des infos syndicales

samedi 20 octobre 2007

Mercredi 17 octobre et samedi 20 octobre se sont déroulées les réunions d’infos syndicales du SNUipp à l’attention des enseignants non spécialisés.

Ces réunions sont ouvertes à tous, syndiqué-e ou non. Chaque collègue peut y assister sur le temps de travail à hauteur de deux fois 3 heures dans l’année.

A Caen, Falaise, Lisieux, Bayeux, Touques ou Vire, ce sont plus de 1000 collègues qui ont participé à ces journées d’infos syndicales du SNUipp.

Premiers bilans de ces réunions

L’actualité nationale : suppression du samedi matin

L’actualité nationale a fortement marqué les débats et de nombreux collègues ont débattu sur la réforme de l’école annoncée, concernant la suppression du samedi matin et la nouvelle répartition des 27 heures. Les interrogations sont nombreuses et il est apparu la nécessité de créer un débat dans nos écoles.

Le manque de clarté concernant ces annonces est évident. Les collègues ont le sentiment que le gouvernement lance des annonces et attend de voir comment réagit la population. Le discours démagogique finit par entrer en contradiction avec la réalité du terrain. Les effets d’annonce sont contredits par des communiqués, et s’ensuivent de nouvelles annonces...

- Stages filés PE2 : La mise en place de stages filés PE2 pour les directeurs de 4 classes déchargés est effective depuis l’an dernier. Pourtant ce temps de décharge est parfois considéré par certain-e-s plus comme une "charge" qu’une "décharge". Certaines PE2 sont très dépendants et sollicitent fortement les directeurs, les temps de formation en début d’année font entendre à certains (mais pas tous) qu’ils ont un rôle de formateur. Les critiques des examinateurs remettent parfois en cause la pédagogie de l’enseignant directeur (mise en place d’ateliers critiquée...). Les PE2 partant à l’étranger ou en stage ne sont pas remplacés, ce qui réduit d’autant le temps de décharge.

- Action nationale en Novembre : la nécessité de créer une unité plus forte autour d’un mouvement d’action est apparue comme indiscutable. Il est urgent de trouver des mots d’ordre clairs et communs qui rassemblent et permettent une lisibilité plus grande sur les actions.

- Promotion de la plaquette "Scolarisation des enfants handicapés".

L’actualité départementale

- La carte scolaire a mis en évidence le rôle qu’avait pu jouer le SNUipp lors des instances paritaires (CTP). Même si de nombreuses ouvertures ont pu voir le jour à la rentrée, plus d’une dizaine de collègues ont été déplacés alors qu’ils étaient déjà en poste dans leur classe. Ces situations sont, pour le SNUipp, inacceptables et montrent que les règles tacites autrefois établies sur le non-déplacement des enseignants une fois la rentrée faite, n’ont plus cours.
- le bilan des stages de formation continue est aussi très inquiétant. On a pu aborder la diminution du nombre de stages, la relation directe entre formation initiale (stages PE2) et formation continue (postes utiles), la diminution du nombre de places par stages (12 et 17 au lieu de 20 et 25 places).
Nombreux sont les collègues qui ont, pour ces raisons, refusé de demander un stage cette année.

Le premier bilan de la Base Elèves, suite à notre rencontre à l’IA, a mis en évidence la pression qui avait été faire auprès des collègues. Aujourd’hui seuls 30% des écoles sont complètement entrées dans le dispositif, et les problèmes techniques sont tels que plus de 20 000 élèves se "promènent" dans Base Elèves sans être correctement affectés dans une classe. La confidentialité relative permet tout de même à tous les directeurs d’accéder aux fiches des élèves radiés (téléphone des parents, mails, coordonnées des personnes autorisées à venir chercher l’enfant...)
L’enquête lourde n’a pas été "allégée" pour 70% des écoles qui ont dû saisir leurs données en ligne ou sur papier, puisque pour elles, Base-élèves n’a pas fonctionné correctement. Le SNUipp rappelle son opposition à entrer dans le dispositif qui reste "expérimental" et qui comporte des risques de croisement de bases de données (mairies, ministères...).

- Evaluations CE1-CM2 : Alors que le ministre avait annoncé le contraire, les résultats des évaluations CE1 et CM2 devraient être transmis à l’inspection à des fins statistiques. Face à la crainte de stigmatisation d’école, de secteur, les collègues présents ont souhaité ne pas transmettre ces informations et conserver ces informations à des fins uniquement pédagogiques au sein de l’école.

L’actualité locale

Les différentes rencontres avec les IEN ont permis de clarifier la position de certains face à des problèmes locaux (animations pédagogiques, circulaires...). Le SNUipp a rappelé la nécessité de communiquer et de faire remonter l’information pour que chaque école ne se sente pas seule face à ses difficultés. Ne pas rester isolé-e-s !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |