Retour accueil

Audience avec le Ministre Darcos : Suppression du samedi matin

lundi 15 octobre 2007

Ouverture des discussions

Comme annoncé, le SNUipp a été reçu par le Ministre de l’Education Nationale X. Darcos, lundi 8 octobre.

Compte rendu de l’audience

Le SNUipp a insisté sur le mécontentement des personnels qui ont appris par les médias, les évolutions importantes dans le fonctionnement et l’organisation de l’école. Nous avons interrogé le Ministre sur les modalités concrètes de la mise en œuvre de la suppression du samedi matin. Nous avons demandé que s’engagent de réelles discussions sur l’ensemble de ces questions.

Nous avons insisté sur la nécessité de faire réussir tous les élèves et rappelé les pistes que le SNUipp avance : nécessité de plus de temps de concertation, de possibilités de travail en petits groupes sur le temps scolaire, de renforcer les RASED, la formation des enseignants...

Le Ministre a confirmé ses annonces : suppression du samedi matin, réduction du temps scolaire des élèves à 24 heures. Pour les enseignants, le temps de service reste fixé à 27 heures qui se déclineraient en : 24 heures (classe), 1 heure (27ème heure, inchangée), 2 heures « pour les élèves qui en ont le plus besoin ».

Il a évoqué la possibilité pour les enseignants de maternelle d’effectuer les deux heures en cycle 2 de l’école élémentaire. Nous avons rappelé l’importance des RASED et nous nous sommes inquiétés des conséquences du dispositif sur leurs missions : le Ministre s’est voulu rassurant en indiquant que les RASED ne seraient pas remis en question.

Il a également annoncé qu’il faudrait « sans changer fondamentalement les programmes, rappeler de façon nette les objectifs de l’école primaire dans un document resserré, accessible à tout parent ». Dans cette hypothèse, nous avons insisté sur la nécessité de consulter les personnels. Le Ministre a accepté, comme nous l’avons demandé, d’organiser une « journée banalisée ».

A la demande de concertations, le Ministre a répondu qu’il entamait des discussions dès la fin de la semaine et qu’il envisageait un relevé d’étapes d’ici début novembre sur les principes directeurs du dispositif. Les discussions devraient se poursuivre sur les modalités concrètes jusqu’au deuxième trimestre.


Sur la mise en œuvre concrète, l’ensemble du dispositif n’est pas finalisé et de nombreuses questions restent posées.

A l’évidence, les propositions d’utilisation des « 2 heures libérées » ne constituent pas une réponse crédible pour répondre au défi de la réussite de tous.

Pour autant, ces annonces qui induisent des changements profonds dans l’organisation de l’école, provoquent de multiples débats dans la profession. Nous avons demandé et obtenu l’ouverture de discussions.

Il est donc nécessaire que tous les collègues soient informés et s’emparent du débat le plus rapidement possible (RIS, réunions de secteurs...). Il est important de faire remonter les premiers retours pour peser sur les discussions qui s’ouvrent.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |