Retour accueil

Masques : de nouveaux risques ?

MAJ 20/10/20

jeudi 15 octobre 2020

Après avoir été jugés insuffisamment protecteurs par certaines ARS, une nouvelle enquête révèle que les masques distribués aux personnels de l’Education nationale seraient porteurs d’agents potentiellement toxiques. Autant de raison pour le SNUipp-FSU de demander une expertise indépendante et la distribution immédiate de masques chirurgicaux pour faire cesser tout risque.

1.« L’Education nationale a-t-elle distribué des masques toxiques aux enseignants ? » C’est la question à laquelle tente de répondre l’article de Maxime Carsel, de Reporterre, paru le mardi 13 octobre. Repris par un nombre conséquent de médias, la question a également fait le tour des salles des maîtres et des maîtresses.

Fabriqués en urgence et distribués à grand renforts de communication, les masques sont traités à la zéolithe d’argent et de cuivre, comme l’a reconnu le fabricant, DIM. Cette molécule, aux caractéristiques biocides, représenterait un danger potentiel : différentes études de l’Université de Rouen ou encore de l’agence européenne des produits chimiques tendraient à conclure que cet agent peut altérer se fixer sur différents organes et nuire à la santé.

Des doutes qui ne datent pas d’hier

Déjà en septembre dernier, l’ARS de Bretagne avait pointé la protection insuffisante des masques tissus. Cela avait amené le SNUipp-FSU à exiger dès le CHSCT Ministériel du 11 septembre, outre la fourniture à titre préventif, de masques chirurgicaux, une expertise indépendante sur l’efficacité de ceux fournis par le Ministère.

L’enquête menée par le syndicat la semaine passée, montre à quel point la confiance sanitaire n’est plus de mise : « 81 % des plus de 10000 participant·es ont déclaré se sentir mal ou très mal protégé·es dans l’exercice de leur fonction par l’institution ».

Cette information, relayée massivement par la presse, sème encore plus de doutes chez les personnels des écoles et renforce un climat déjà fortement anxiogène.

Le SNUipp-FSU réclame au ministère une expertise indépendante sur ces masques et dans l’attente réclame à nouveau la fourniture immédiate de masques chirurgicaux.
Face au risque de masques toxiques, le principe de précaution doit s’appliquer.
La FSU14 via le CHSCT académique demande des comptes à la Rectrice.

2. Des masques finalement retirés

Le 20 octobre, le ministère a annoncé lors d’une réunion avec les organisations syndicales qu’il a demandé aux académies de retirer ces masques par précaution.

Alors qu’une expertise est commandée par le gouvernement à l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), dans l’attente des résultats, consigne est donnée aux académies de recommander de ne plus les porter et de distribuer des masques chirurgicaux pour les personnels à risque ou en tissus sans traitement biocide.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |