Retour accueil

Vous êtes actuellement : COVID-19 


#11mai - CHSCTD du 4 mai 2020

lundi 4 mai 2020

Lettre ouverte au DASEN

Monsieur le Directeur Académique des Services de l’Education Nationale, Président du CHSCTD 14, suite à la parution dimanche 3 mai 2020 des protocoles sanitaires pour la réouverture des établissements, nous vous alertons sur certaines préconisations irréalisables et par conséquent susceptibles de mettre en danger la santé de vos personnels.

Dans le 1er degré plusieurs mesures sanitaires sont inappropriées.

De la PS au CM2, les élèves ne toussent pas et n’éternuent pas dans leur coude ; respecter 1 m de distanciation sociale (distance insuffisante en cas d’éternuement) est impossible en dehors de la classe ou de la cantine.

En maternelle, apprendre aux enfants à se laver les mains correctement prend plusieurs années. Leur demander de se les laver minimum 8 fois par jour comme le préconise le protocole (p.6) en condamnant un robinet sur deux afin de respecter les distanciations sociales requises est utopique en plus d’être chronophage.

Que penser de l’utilisation du gel hydroalcoolique maintenant acceptable pour les plus jeunes « sous le contrôle étroit d’un adulte » alors qu’elle était encore proscrite dans les discours officiels il y a quelques jours ?

En maternelle, les enfants ne savent pas non plus se moucher seuls avant la GS au mieux ; c’est aux adultes de le faire.

Comment travailler en maternelle, ou à minima garder les enfants pour permettre aux parents de reprendre le travail, sans matériel puisque tout est collectif et à manipuler, et qu’il est impossible de désinfecter un jeu par élève à chaque changement d’activité ?

Plus grave : que penser de la scolarisation des élèves de primaire et surtout de maternelle dans ces conditions ? aucun contact physique, interdiction d’être à moins d’un mètre des autres, limitation des déplacements, ce qui signifie rester à la même place toute la journée ; pas de jeu de manipulation possible, pas de coloriage car pas de feutres, pas de coin jeux ni de coin bibliothèque, une récréation sans contact et sans jeux de cour, des activités physiques et sportives réduites à néant car pas de ballon, ni rondes ni danses, pas de parcours de motricité, pas de jeu collectif… c’est de la maltraitance et cela va à l’encontre de tout ce que nous apprenons aux enfants depuis le début de leur scolarisation, la socialisation et le vivre ensemble !!!

De façon générale, d’autres mesures interrogent.

L’accueil des élèves prévu le 12 mai après une journée de pré-rentrée fait subir une pression inacceptable aux collègues. Pointer toutes les mesures sanitaires opérationnelles et celles qui manquent, faire remonter ces dernières aux collectivités territoriales, leur laisser le temps de réagir, prévoir les sens de circulations, organiser l’accueil, les récréations, la pause méridienne, la sortie, réaménager les classes et les espaces collectifs en installant la signalétique, valider toutes les dispositions … ne peut se faire en un jour ; encore moins lorsqu’on demande aux équipes déjà surmenées de remplir des avenants au projet d’école dans le même laps de temps.

Qui va décider de la capacité d’accueil dans les classes ? Selon quel critère, 16 personnes dans 50 m2 ou 4 m2 par personne soit 64 m2 pour 16 ?

Quid de la formation adaptée à l’âge des élèves qu’ils prennent en charge que les personnels doivent recevoir avant la reprise des cours (p.9) ?

Sera-t-elle dispensée à temps ? Par qui ? De quelle manière ?

Quant au port du masque « obligatoire [pour les personnels] dans toutes les situations où les règles de distanciation risquent de ne pas être respectées », il ne rassure pas ; pire il inquiète car il ne s’agit que d’un masque antiprojection, également appelé masque « grand public » de catégorie 1 destiné à protéger non pas celui ou celle qui le porte mais son environnement, donc les enfants. Mais qu’est-ce qui va protéger les personnels des postillons émis par les enfants qui parlent, toussent, éternuent ?

Toujours au sujet des masques, la FSU déplore la disparition de la mention de « filtration supérieure à 90 % ». Pourquoi la date de livraison du 11 mai a-t-elle disparu du protocole définitif (p.6 du projet) ? Quand aura lieu la livraison ? Où sont passés les masques FFP1 destinés aux élèves ayant des symptômes (p.7 du projet) ? Par quel matériel efficace sont-ils remplacés ?

Concernant le nettoyage et la désinfection : Comment se passer d’aspirateur (p.15) ? Les collectivités territoriales vont-elles avoir le temps de faire les analyses légionnelles demandées (p.14) ? Pourquoi la mention selon laquelle « "la présence du SARS-CoV-2 encore infectant sur des surfaces sèches est négligeable" (p.33 du projet) a-t-elle disparue ? Que doit-on en penser ? Pourquoi le nettoyage et la désinfection des tables et des chaises n’est-elle plus requise plusieurs fois par jour comme c’était le cas dans le projet (p.34) ? Qui va assurer le nettoyage et la désinfection plusieurs fois par jour des sanitaires et des points de contact (p.16) ? A quel moment ?

Que feront les enseignants face à un enfant à comportement difficile qui refuse de respecter les gestes barrière et les distanciations physiques en cherchant constamment la bagarre ou en crachant sur les autres comme c’est le cas chaque jour dans les écoles ?

Que feront les enseignants face à une famille qui refuse de venir récupérer son enfant porteur de symptômes du Covid-19 ?

Que feront les enseignants s’ils constatent un manque dans les mesures de sécurité pour accueillir les enfants (avant ou pendant l’accueil) ?

Quand les enseignants seront-ils fixés sur les objectifs pédagogiques de cette reprise ? S’agira t-il, comme l’a dit la Rectrice en CHSCTA, non pas d’avancer coûte que coûte dans les programmes mais de combler les lacunes des élèves et de leur donner des outils pour aborder le niveau supérieur avec plus de facilité ou comme l’ont dit des IEN d’avancer dans les apprentissages ?

Quand les enseignants seront-ils fixés sur les modalités de leur travail ? Qui assurera le présentiel ? Qui assurera le distanciel ? Que feront les « personnels à risque » ?

Quand ces « personnels à risques » recevront-ils la démarche à suivre pour se faire reconnaître comme tels ? Qui devront-ils aller voir ? Qui devront-ils prévenir ?

La DSDEN et le Rectorat se substitueront-ils aux personnels pour toutes les poursuites que les parents pourraient engager contre eux en cas de contamination ? Qu’en sera-t-il si les mesures de distanciation physique sont impossibles à faire respecter ?

Ayant compris l’impossibilité d’accomplir la tâche, plusieurs maires se sont déjà exprimés publiquement contre la réouverture des écoles de leur commune. Hervé Morin, le Président de la Région Normandie a même décidé que l’ensemble des lycées normands resteraient fermés au mois de juin sauf pour les missions « absolument nécessaires comme passer des examens » ou « réunir des jurys ».

Le CHSCT D demande quant à lui que la reprise pour les élèves du 1er degré soit reportée afin que les équipes disposent de davantage de temps pour préparer la rentrée et qu’elles bénéficient d’une véritable formation avant la reprise ; que le nombre d’élèves accueillis dans chaque classe respecte l’expertise de l’enseignant dans la limite des 16 élèves mentionnés dans le protocole, que chaque enseignant dispose de masques chirurgicaux en quantité suffisante et que le port du masque soit obligatoire pour les élèves dès l’école élémentaire, que des consignes claires soient données aux enseignants en cas de non-respect des mesures sanitaires par une famille ou un enfant et en cas de mesures sanitaires insuffisantes, que les enseignants soient fixés sur les objectifs pédagogiques et les modalités de leur travail, qu’une démarche à suivre soit envoyée à tous pour se faire reconnaître « personne à risque » si besoin, qu’une totale décharge de responsabilité leur soit assurée en cas de contamination, et pour finir qu’une réponse soit apportée à chacune des questions posées.

Espérant cette fois obtenir une réponse puisque notre courrier du 9 avril est resté lettre morte, nous vous prions de croire, Monsieur le Directeur Académique en notre profond attachement au service public.

Les membres du CHSCTD au titre de la FSU 14

Avis présentés par la FSU au CHSCTD14 :

Avis n°1 sur la réouverture des écoles :

Les membres représentant·es des personnels du CHSCT D demande que la reprise pour les élèves du 1er degré soit reportée afin que les équipes disposent de davantage de temps pour préparer la rentrée et qu’elles bénéficient d’une véritable formation avant la reprise.

Avis n° 2 sur le nombre d’élèves accueillis dans chaque classe :

Les membres représentant·es des personnels du CHSCT D demande que le nombre d’élèves accueillis dans chaque classe respecte l’expertise de l’enseignant dans la limite des 15 élèves mentionnés dans le protocole.

Avis n° 3 sur les masques :

Les membres représentant·es des personnels du CHSCT D demande que chaque personnel dispose de masques chirurgicaux en quantité suffisante et que le port du masque soit obligatoire pour les élèves dès l’école élémentaire.

Avis n° 4 sur les mesures à prendre en cas de non-respect des mesures sanitaires :

Les membres représentant·es des personnels du CHSCT D demande que des consignes claires soient données aux enseignants en cas de non-respect des mesures sanitaires par une famille ou un élève.

Avis n° 5 sur :

Les membres représentant·es des personnels du CHSCT D demande que des consignes claires soient données aux enseignants en cas de mesures sanitaires insuffisantes.

Avis n° 6 sur :

Les membres représentant·es des personnels du CHSCT D demande que les enseignants soient fixés sur les objectifs pédagogiques et les modalités de leur travail.

Avis n° 7 sur les « personnes à risques » :

Les membres représentant·es des personnels du CHSCT D demande qu’une démarche à suivre soit envoyée à tous les personnels pour se faire reconnaître « personne à risque » si besoin.

Avis n° 8 sur la responsabilité des personnels :

Les membres représentant·es des personnels du CHSCT D demande qu’une totale décharge de responsabilité soit assurée aux personnels en cas de contamination.

Avis n° 9 sur la présence des personnels :

Les membres représentant·es des personnels du CHSCT D demande que la présence des enseignants exerçant à distance ne soit pas requise dans les écoles. Le travail à distance doit continuer à être privilégié s’il est possible.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |