Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier  / Direction d’école 


Accepter toujours plus de tâches de direction, c’est NON !

vendredi 10 février 2017

Super-directrices, super-directeurs ?

Les directrices et directeurs viennent d’apprendre qu’ils étaient responsables de l’organisation des stages de remise à niveau.
A eux de trouver le temps de téléphoner aux écoles alentours, de collecter le nom des enseignants volontaires des écoles proches.
A eux d’assumer la responsabilité de répartir (voire « écarter ») les élèves et les collègues...
Restera à l’IEN, lui, le « recensement » les stages organisés dans la circonscription même si il était écrit dans la note de service du 2 février 2008 que « plusieurs écoles pourront se regrouper sous la coordination de l’IEN de la circonscription pour proposer ce dispositif ».
Maintenant, ce n’est plus de la coordination, c’est de la délégation !
Et la simplification des tâches de direction dans tout ça ? Les directrices et directeurs se voient confier une nouvelle tâche (l’avant-dernière étant d’accompagner les familles lors de la première demande auprès de la MDH). On en rajoute, on en rajoute !

Le SNUipp-FSU a contacté l’IENA, voici la réponse sur les sujets suivants :
- maintiens et sauts de classe : un délai va être accordé aux équipes.
- organisation des stages : le but est d’éviter la déperdition des élèves.
Dans des écoles où il y a des enseignants volontaires et des élèves, le directeur/trice peut proposer l’organisation, y compris les élèves/enseignants des écoles voisines qui se seraient manifestés. Les directeurs/trices ne pouvant organiser ces stages doivent faire remonter les demandes à leur IEN.

Le SNUipp-FSU14 appelle les directrices et directeurs ne voulant/pouvant pas organiser ces stages à faire remonter les demandes à leur IEN, comme ils le faisaient les années précédentes et en indiquant à leurs collègues volontaires qu’ils doivent s’adresser à la circo.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |