Retour accueil

Vous êtes actuellement : Métier  / ASH 


EREA : quel avenir pour les enseignants ?

vendredi 8 juillet 2016

L’avenir des EREA et de leurs enseignants qui scolarisent et accompagnent des jeunes en grande difficulté scolaire et sociale se décide actuellement de manière arbitraire sans réelle concertation. Les académies de Grenoble, Toulouse, Bordeaux, Lyon et Poitiers ont décidé de mettre fin aux missions de nuit assurés par les enseignants et de les remplacer par des assistants d’éducation (AED) non préparés et non formés à la spécificité de l’internat éducatif. Une situation déjà dénoncée le 16 décembre par le SNUipp-FSU dans un courrier adressé à la DGRH et demandant le retrait de cette note. Ces décisions sont d’autant plus incompréhensibles et inacceptables, que le ministère avait brusquement clôt depuis plus d’un an les discussions sur les EREA et la revalorisation des personnels et les formations CAPA-SH.

Le SNUipp-FSU, la CGT, le snudi-FO, et Sud demandent, dans l’immédiat, que les moyens des EREA soient maintenus pour la rentrée 2016 et que de nouvelles instructions soient données pour le maintien des postes d’enseignants éducateurs avec toutes leurs missions éducatives y compris la surveillance de nuit.

Le SNUipp-FSU est intervenu au CTA pour défendre les postes. L’Orne et la Manche sont particulièrement impactés avec la suppression de tous les postes à titre provisoire. Dans le Calvados, l’impact à court terme reste faible puisque seuls les postes vacants ne seront pas pourvus. Tous les postes sont actuellement des postes à titre définitifs, mais ils sont menacés au fur à mesure des départs des collègues qui ne seront pas remplacés.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |