Retour accueil

Vous êtes actuellement : Le SNUipp-FSU 14  / Actualités 


Temps partiels et rythmes

lundi 8 septembre 2014

Les postes de direction, de PEMF, de CPC ou de remplaçants sont inaccessibles au mouvement pour les personnels exerçant à temps partiel les contraignant à renoncer à leur temps partiel même quand il est de droit ou les empêchant d’accéder à des postes aux missions particulières avec plus de responsabilités et une meilleure rémunération. Ce sont les femmes qui exercent le plus souvent à temps partiel (bilan social 2012-2013 14% des femmes pour 3% pour les hommes).

Les enseignants exerçant à temps partiel n’ont pas nécessairement connaissance du montant de leur salaire. Une enseignante qui a choisi de travailler à 80% soit 6 ou 7 demi-journées selon l’organisation de l’école pourra être en réalité rémunérée à 75% ou à 81% *par exemple, cette différence peut être donc de l’équivalent d’1/30 ou 2/30 en plus ou en moins !

Le SNUipp-FSU exige que les droits des fonctionnaires s’appliquent de la même manière à tous les enseignants du premier degré. Le droit de travailler à temps partiel doit être reconnu et la quotité choisie librement et non imposée. Le SNUipp est à l’initiative d’une adresse au ministre et soutiendra les collègues dans leur démarche de recours administratif. Il est nécessaire que la gestion des ressources humaines soit respectueuse des personnels et de leurs droits.

La circulaire 2014-116 concernant le travail à temps partiel des enseignants du 1er degré vient de paraître. Les précédentes circulaires 2008-106 et 2013-038 sont abrogées. Pour accéder à la circulaire :

MENH1416699C - Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Remarque : Dans les exemples, il manque des précisions concernant les écoles dérogatoires, c’est le cas notamment, pour celles dont : certaines journées dépassent les 5 h 30 ; la semaine comprend 8 demi-journées.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |