Retour accueil

Vous êtes actuellement : Le SNUipp-FSU 14  / Actualités 


Formation continue toujours en panne : ça ne peut plus durer !

lundi 8 septembre 2014

« Plutôt insatisfaisante et rare », notait un rapport de l’Inspection Générale publié au début de l’été 2013, la formation continue a tendance à se réduire aux 18 heures annuelles d’animations pédagogiques. Aucune évolution positive n’est en vue malgré les discours ministériels. Selon le dernier bilan social du ministère, comparant 2010-2011 et 2011-2012, le volume des activités de formation poursuit sa baisse : - 3,5 % en nombre de modules, - 9,4 % en stagiaires présents, et - 22,3 % en journées-stagiaires (en excluant les animations pédagogiques). De 882 003 journées stagiaires en 2004/2005, le volume a chuté à 438600 en 2011/2012.

Dans un contexte où n’existe plus ou presque plus d’actions offrant un choix aux enseignants en fonction de leurs vœux, où l’offre se cantonne aux seuls stages "à candidature désignée" (direction d’école, formation spécialisée, stagiaires et néo-titulaires), il est indispensable de donner à la formation continue une place de premier plan. De nouveaux programmes sont en vue, de nombreux chantiers ouverts qui nécessitent à la fois de remettre à jour ses connaissances et de pouvoir, dans des cadres collectifs, faire du commun, échanger sur ses pratiques, se nourrir de l’expérience de ses pairs, pour au final s’emparer et mettre à sa propre main et en fonction de ses réalités de terrain les évolutions du métier.

Il est indispensable aussi de faire vivre le droit individuel à la formation (DIF), comme la validation des acquis de l’expérience ou la réalisation de bilans de compétence, dans la perspective notamment d’une mobilité professionnelle.

La seule réponse apportée pour l’heure semble être M@gistère. Si l’outil en lui-même n’est pas à rejeter, pour le SNUipp-FSU, cela ne doit pas être un nouvel outil de contrôle des enseignants et ne doit pas se substituer à une formation continue de qualité sur le temps de classe.

Permettre le développement des compétences professionnelles des enseignants devrait obliger le ministère à construire une formation continue de haut niveau. Manifestement ce n’est pas dans ses intentions.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |