Retour accueil

Vous êtes actuellement : Carrière  / Mouvement 


Maintiens ou pourquoi les IEN ignorent les conseils des maîtres ?

lundi 24 mars 2014

Fin 2012, le ministère de l’éducation a affiché l’ambition de réduire "au moins de moitié" le nombre de redoublements en cinq ans... Le chef de l’Etat a donc décidé que ceux "qui ne sont pas toujours utiles [devront] être réduits", à l’issue de la concertation pour la "refondation de l’école". Traduction dans nos écoles : le redoublement est quasi interdit. Nos propositions de maintien reviennent presque toutes avec un avis défavorable ! Certes, le redoublement n’est pas un gage automatique de réussite. Pour François Dubet, sociologue : "Il fonctionne peut-être pour un élève sur cinq, mais pour les autres, il est inefficace, humiliant et onéreux]".

Mais peu d’entre nous veulent d’une interdiction qui pourrait mettre les plus fragiles dans une situation en décalage complet avec toutes les activités de leurs voisins de classe alors même que l’efficacité d’un parcours plus long fait l’objet d’un consensus enfant/enseignant/famille.

D’ailleurs, la sociologue Nathalie Bulle est réservée sur les études censées prouver que le redoublement ne sert à rien. Elle explique : « Elles posent des problèmes fondamentaux car elles échouent à montrer les progrès des élèves ayant redoublé et font apparaître au contraire comme des effets du redoublement des difficultés qui peuvent être dues à des facteurs extérieurs et qui expliquent le redoublement. »

Autrement dit, si les élèves qui ont redoublé leur CP n’ont que 8 % de chances d’obtenir leur bac, ce n’est sans doute pas à cause de leur redoublement. Et si, parmi des jeunes du même âge, ceux qui ont redoublé ont un moins bon niveau, cela ne signifie pas qu’il ne serait pas encore pire s’ils n’avaient pas redoublé. En revanche, 80 % des enfants qui quittent le CP sans savoir lire ne rattraperont jamais leur retard...

Alors que Vincent Peillon promettait de mener de front la lutte contre le redoublement et la redéfinition des programmes, souhaitait amorcer un changement de pédagogie en fédérant ces "bonnes pratiques", seule l’injonction à aménager les parcours, à décloisonner et poursuivre « les aides » est lisible au moment où nous recevons la réponse de nos IEN...

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |