Retour accueil

Sondage effectué par le SNUipp-FSU sur « La perception de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires ».

jeudi 21 février 2013

A demande du SNUipp, Harris Interactive a réalisé un sondage auprès des Français les interrogeant sur la mise en place de la réforme des rythmes scolaires.

En effet, alors que les enseignants du premier degré étaient en grève ce 12 février, il s’agissait d’interroger les Français sur leur perception de la réforme annoncée par Vincent Peillon et plus spécifiquement sur les modalités de sa mise en œuvre dans les écoles et les communes du territoire : comment la réforme doit-elle se traduire concrètement en termes d’organisation ?

Quelles sont les modalités de mise en place privilégiées par les Français et notamment les parents d’élèves scolarisés en école primaire ?

Que retenir de cette enquête ?

Une réforme identifiée par une majorité de Français, même si le sujet des rythmes scolaires ne leur apparaît pas comme la principale priorité de l’école primaire pour les années qui viennent ;

- « L’autorité et la discipline »ressort comme un des sujets prioritaires pour l’école primaire dans les années qui viennent selon une majorité de Français, quand les rythmes scolaires le sont pour un quart d’entre eux (26%).

- La réforme des rythmes scolaires présentée par Vincent Peillon est identifiée par une majorité de Français : 91% déclarent en avoir déjà entendu parler, dont 62% qui voient clairement ce dont il s’agit, proportion qui s’élève à 76% parmi les parents d’enfants scolarisés en école primaire.

Une réforme dont les Français attendent avant tout qu’elle favorise l’égalité entre tous les enfants, considérant qu’en l’état, elle aurait plutôt tendance à les aggraver

- Les Français semblent partagés quant à la mise en place d’une organisation unique de la journée et de la semaine en primaire : 50% considèrent qu’il serait préférable que cette organisation soit différente entre les élèves de maternelle et d’élémentaire, quand 43% estiment qu’il faudrait que cette organisation soit la même pour tous.

- Concernant la mise en place des activités périscolaires, le caractère obligatoire ou facultatif de ces activités ne fait pas consensus : 48% des Français indiquent qu’il faut que ces activités soient obligatoires, quand 43% mentionnent le contraire.

- Les Français se montrent en revanche plus tranchés quant au prix de ces activités périscolaires : 62% considèrent qu’il faut que ces activités périscolaires soient gratuites pour tous, 24% que leur prix devrait varier selon le niveau de revenus des parents et 7% qu’elles devraient être payantes et au même prix pour tous les élèves. La gratuité des activités pour tous est particulièrement plébiscitée par les parents d’enfants scolarisés en école primaire (77%).

- Au total, 42% des Français considèrent que cette réforme va augmenter les inégalités entre les élèves selon les communes, 11% estimant au contraire qu’elle va les réduire, 39% jugeant que son effet sera neutre. Les parents d’enfants scolarisés craignent particulièrement que la réforme favorise un accroissement des inégalités (62%).

Les résultats complets de l’enquête :

PDF - 1 Mo
PDF - 754.1 ko
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |