Retour accueil

RYTHMES SCOLAIRES : imposer le point de vue des enseignants !

Le SNUipp-FSU soutient les conseils d’école et porte la parole des enseignants auprès des maires et des DASEN : boîte à outils pour les écoles !

mardi 22 janvier 2013

En ne recueillant que 5 voix sur plus de 60 votants, le projet de décret relatif à l’aménagement du temps scolaire a été désavoué par la communauté éducative au Conseil supérieur de l’Education.

Le SNUipp-FSU a voté contre le texte ministériel au CSE et au CTM. A cette heure, le compte n’y est pas, ni pour les élèves, ni pour les enseignants. Ce qui devait être une réforme emblématique de la Refondation se révèle être une grande déception.

Le projet de décret actuel sur l’aménagement des temps scolaires est inacceptable : il allège de manière insuffisante la journée scolaire et il n’offre aucune garantie d’un périscolaire gratuit et de qualité pour tous, écarte les conseils d’école du processus de modification des rythmes. En l’état il n’offre aucune garantie d’amélioration des conditions d’apprentissage des élèves et la réussite de tous.

Dans le même temps il ouvre la voie à des dégradations certaines des conditions d’exercice du métier d’enseignant et n’apporte pas de réponse sur une nécessaire revalorisation salariale des PE notamment pour compenser les coûts engendrés par le passage à 4,5 jours.

Le SNUipp-FSU n’est pas pour le statu-quo, mais changer... c’est pour du mieux !

Il est favorable à une réforme des rythmes réussie pour tous les élèves sur tous le territoire et prenant en compte les conditions de vie personnelle et professionnelle des enseignants. En ce sens, le décret doit conduire à un allègement significatif de la journée scolaire

Pour le SNUipp-FSU, le ministère doit mettre en place un dispositif de consultation des enseignants sous la forme de journées banalisées.

En effet, la concertation de l’ensemble des partenaires est plus que jamais nécessaire, les conseils d’école doivent être consultés. Leur accord doit être un préalable à toute modification des temps scolaire. Un cadrage, tant au niveau national que local, doit être étudié pour éviter toute dégradation des conditions de travail pour les personnels travaillant dans plusieurs écoles (remplaçants, compléments de temps partiel...).

Dans ce contexte, au niveau national, le SNUipp-FSU estime qu’il faut reporter la réforme à la rentrée 2014 et dans ce cadre, le SNUipp contactera les associations de maires (AMF, AMRF,...) et l’ensemble des partenaires. Toutefois, le SNUipp-FSU n’est pas opposé à des modifications dès 2013 dans la mesure où les conditions de réussite seraient réunies localement et que ces propositions émaneraient des conseils d’école.

Le SNUipp-FSU met à disposition des équipes des outils afin qu’elles puissent exprimer leur avis sur une éventuelle modification des rythmes scolaires d’un maire ou d’un EPCI.

- Une interpellation « MAIRIE » pour interroger les élus sur leur intention et sur les conditions d’un passage à 4,5 jours ;

- Une motion « CONSEIL des MAITRES et/ou D’ECOLE » pour demander aux élus et au DASEN un report à 2014 (motion modifiable avec les collègues ) ;

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |