Retour accueil

Le droit à l’Education des Roms

vendredi 24 septembre 2010

Déclaration du Conseil Syndical Européen sur l’Education sur le droit à l’éducation des Roms

Voici la déclaration du CSEE sur le droit à l’Education des Roms. Cette déclaration est liée aux Conclusions du Conseil intitulées « Faire progresser l’intégration des Roms » en lien avec le programme Education pour tous des Nations Unies dont le thème 2010 est " Atteindre les marginalisés" qui fait un zoom particulier sur la situation des Roms en Europe.

Le rôle des enseignants et de leurs syndicats Actifs au coeur même du système d’éducation, les enseignants et leurs syndicats sont en mesure de jouer un rôle important dans l’approfondissement des politiques d’éducation visant à intégrer effectivement les enfants Roms dans l’éducation. Un élément important de ce processus vers la recherche de l’égalité d’accès à l’éducation est l’aptitude des enseignants à approcher les différentes cultures représentées en classe et à gérer cet aspect de la réalité. Tous les programmes de cours et les matériels d’enseignement, à chaque niveau et dans chaque branche, devraient être imprégnés de cette approche interculturelle. Celle-ci permet de prévenir les problèmes en prenant en compte chaque individu à l’école et dans la société. Il y a lieu d’adopter différents moyens de déceler, prévenir et observer les manifestations d’intolérance. Le rôle de l’Union européenne Le CSEE reconnaît l’importance de la Plateforme intégrée pour l’inclusion des Roms, créée en 2008, et qui vise à promouvoir des politiques d’inclusion des Roms ainsi qu’à les intégrer dans les politiques générales en matière d’éducation, d’emploi, de santé publique et de logement. Le CSEE se réjouit de l’appel que le Conseil a adressé aux Etats membres, les invitant à progresser dans l’établissement d’une feuille de route pour la Plateforme, l’accent étant mis spécifiquement sur l’éducation. Le CSEE apporte son appui à l’invitation lancée par le Conseil à exploiter pleinement les opportunités qu’offre l’amendement de l’article 7 du règlement 1080/2006/EC, sous la forme du lancement d’un ensemble de projets pilotes débouchant sur des actions intégrées en appui aux communautés Roms dans les zones rurales tout autant que dans les zones urbaines. Le CSEE se félicite du lancement du projet pilote de coordination paneuropéenne des méthodes d’intégration des Roms lancé en 2010, en particulier dans les pays comptant une importante population Rom, et prend acte avec satisfaction de la volonté affirmée de suivre l’incidence de ce projet pilote. Le CSEE reconnaît l’importance que revêt la Communication de la Commission sur « L’intégration sociale et économique des Roms en Europe », mettant en évidence l’importance d’inclure les questions liées à l’intégration des Roms dans les politiques plus générales et d’élaborer des modèles pour l’intégration. Dans le contexte de cette Communication, le CSEE souhaite lancer un appel en faveur de l’approfondissement des travaux sur les systèmes d’accueil des enfants migrants à leur arrivée dans le pays. L’absence de tels systèmes a pour conséquence que les écoles ignorent si les élèves migrants ont besoin d’une attention spéciale sur le plan de l’éducation, les problèmes d’ordre émotionnel et comportemental devant être pris en compte également. Selon le CSEE, ces élèves devraient être intégrés totalement dans les horaires et les systèmes scolaires. En conclusion, le CSEE se déclare favorable à l’approfondissement des politiques visant à renforcer l’inclusion sociale des populations Roms, ainsi que de la collaboration horizontale et de l’échange d’informations entre les Etats membres, comme indiqué dans les conclusions du Conseil. Il convient de souligner que la question de l’éducation des Roms revêt une importance extrême et doit être traitée dans la perspective de l’intégration effective des populations Roms." ; L’actualité française donne un relief particulier à cette juste préoccupation du CSEE. Un élément de plus à mettre en avant dans les CTP et CDEN pour demander un point sur la scolarisation et les moyens spécifiques pour la faire progresser. Un point essentiel pour rappeler notre refus de la politique du pilori.

Déclaration du CSEE sur les Conclusions du Conseil intitulées « Faire progresser l’intégration des Roms » Le Comité syndical européen de l’éducation (CSEE) représente 110 syndicats d’enseignants des pays de l’UE et de l’AELE, et plus de 5,5 millions d’enseignants de tous les niveaux du secteur de l’éducation. Le CSEE est membre du Groupe de coordination « Education et formation » (GCEF) et en sa qualité de fédération industrielle européenne de l’éducation, il est membre de la CES. Il constitue une organisation autonome dans le cadre de la Structure paneuropéenne de l’Internationale de l’éducation. Le CSEE souhaite formuler les observations contenues dans les paragraphes qui suivent au sujet des conclusions du Conseil Emploi intitulées « Faire progresser l’intégration des Roms ». La lutte en faveur des droits humains et contre l’exclusion sociale, tout comme la promotion de l’égalité des chances et la lutte contre la discrimination, sont deux thèmes au centre même du programme de travail du CSEE depuis sa création en 1975. Le CSEE souhaite exprimer son soutien à l’appel que le Conseil a lancé afin d’améliorer la prise en compte des questions liées aux Roms dans les politiques européennes et nationales en tirant parti des stratégies et des instruments existants de l’UE pour engager des actions concrètes en faveur de l’intégration socioéconomique des Roms, notamment dans le cadre de la stratégie UE 2020. La concrétisation de ces stratégies devrait se faire en soulignant spécifiquement la question de l’égalité d’accès à l’éducation. L’égalité d’accès à l’éducation : la clef de l’inclusion sociale Le CSEE prend note avec satisfaction de la préoccupation du Conseil vis-à-vis de la situation des populations Roms, qui sont aujourd’hui confrontées aux risques de pauvreté extrême, de discrimination et d’exclusion, ce qui a pour conséquence de faibles niveaux d’éducation. Au cours des dernières décennies, la plupart des gouvernements ont négligé la question de l’éducation des enfants Roms. Bien que les difficultés auxquelles sont confrontés les Roms occupent depuis peu une place plus importante à l’agenda politique de l’UE et des pays, il ne faut pas relâcher les efforts visant à offrir aux enfants Roms l’égalité d’accès à l’éducation. La situation désavantageuse qui est celle des enfants Roms sur ce plan dans certains Etats membres reste un obstacle déterminant à l’intégration sociale effective des populations Roms. Le rôle des enseignants et de leurs syndicats Actifs au coeur même du système d’éducation, les enseignants et leurs syndicats sont en mesure de jouer un rôle important dans l’approfondissement des politiques d ?éducation visant à intégrer effectivement les enfants Roms dans l’éducation. Un élément important de ce processus vers la recherche de l’égalité d’accès à l’éducation est l’aptitude des enseignants à approcher les différentes cultures représentées en classe et à gérer cet aspect de la réalité. Tous les programmes de 2 cours et les matériels d’enseignement, à chaque niveau et dans chaque branche, devraient être imprégnés de cette approche interculturelle. individu à l’école et dans la société. Il y a lieu d’adopter différents moyens de déceler, prévenir et observer les manifestations d’intolérance. Le rôle de l’Union européenne Le CSEE reconnaît l’importance de la Plateforme intégrée pour l’inclusion des Roms, créée en 2008, et qui vise à promouvoir des politiques d ?inclusion des Roms ainsi qu’à les intégrer dans les politiques générales en matière d’éducation, d’emploi, de santé publique et de logement. Le CSEE se réjouit de l’appel que le Conseil a adressé aux Etats membres, les invitant à progresser dans l’établissement d’une feuille de route pour la Plateforme, l’accent étant mis spécifiquement sur l’éducation. Le CSEE apporte son appui à l’invitation lancée par le Conseil à exploiter pleinement les opportunités qu’offre l’amendement de l’article 7 du règlement 1080/2006/EC, sous la forme du lancement d’un ensemble de projets pilotes débouchant sur des actions intégrées en appui aux communautés Roms dans les zones rurales tout autant que dans les zones urbaines. Le CSEE se félicite du lancement du projet pilote de coordination paneuropéenne des méthodes d’intégration des Roms lancé en 2010, en particulier dans les pays comptant une importante population Rom, et prend acte avec satisfaction de la volonté affirmée de suivre l’incidence de ce projet pilote. Le CSEE reconnaît l’importance que revêt la Communication de la Commission sur « L’intégration sociale et économique des Roms en Europe », mettant en évidence l’importance d’inclure les questions liées à l’intégration des Roms dans les politiques plus générales et d’élaborer des modèles pour l’intégration. Dans le contexte de cette Communication, le CSEE souhaite lancer un appel en faveur de l’approfondissement des travaux sur les systèmes d’accueil des enfants migrants à leur arrivée dans le pays. L’absence de tels systèmes a pour conséquence que les écoles ignorent si les élèves migrants ont besoin d’une attention spéciale sur le plan de l’éducation, les problèmes d’ordre émotionnel et comportemental devant être pris en compte également. Selon le CSEE, ces élèves devraient être intégrés totalement dans les horaires et les systèmes scolaires.

En conclusion, le CSEE se déclare favorable à l’approfondissement des politiques visant à renforcer l’inclusion sociale des populations Roms, ainsi que de la collaboration horizontale et de l’échange d’informations entre les Etats membres, comme indiqué dans les conclusions du Conseil. Il convient de souligner que la question de l’éducation des Roms revêt une importance extrême et doit être traitée dans la perspective de l’intégration effective des populations Roms.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 |